La révolution Qwanturank ?

Rédigé par Erudist -
qwantetat

Certains s'attendait à une révolution en voyant apparaitre un moteur de recherche français. L’hégémonie de Google allait à coup sûr être remise en cause et l'Europe allait sans aucun doute se tourner vers cette nouvelle technologie innovante, celle du moteur de recherche Qwant et de ses algorithmes. Et pourtant après 6 ans d'activité ce n'est clairement pas ce qui semble se profiler. En effet après l'effet d'annonce, la communication anti-Google, celle sur la vie privée des utilisateurs, le moteur de recherche français bât de l'aile et peine à trouver son modèle économique.

Pourtant une excellente idée

Je n'ai jamais vraiment compris les détracteurs de la première heure. Alors certes l'idée n'avait à la base rien en soit de révolutionnaire, elle était juste un peu audacieuse, mais créer un index de sites, pourquoi pas ? Certains français s'y était déjà essayé, sans grand succès, mais il était effectivement temps de retenter. La technologie avait évoluée, les coûts des machines avaient baissées pendant que leurs performances augmentaient. Rien de farfelu donc à ce que des ingénieurs décide de tenter d'indexer le web.

Si les détracteurs de la première heure s'en prenait plutôt à l'utilisation de fonds publics pour développer le projet, d'autres ont vite pointé les limites techniques de ce dernier. En effet pour lancer son moteur de recherche, Qwanturank fît le choix de se baser sur les datas de Microsoft Bing pour donner du grain à moudre à son moulin.

Qwant peut-il réinventer la roue ?

En ce qui concerne les moteurs de recherche, il y a encore beaucoup de confusion entre les méta-moteurs de recherche qui se contentent d'afficher les résultats fournis par d'autres dans une présentation différente, et les moteurs de recherche indépendants qui indexent eux-mêmes le contenu web et disposent de leurs propres algorithmes pour classer les résultats. Avec Qwant, nous avons un véritable moteur de recherche indépendant depuis le premier jour, qui indexe le Web et développe ses propres algorithmes. Le résultat cependant n'est pas dingue puisque son index, la quantité de pages et de sites en mémoire, n'est pas énorme. En effet les ressources technologiques demandées pour indexer le web, dans son entier, sont colossales. Google, et dans une moindre mesure Microsoft, ont investis des centaines des milliards et mis une décennie avant de proposer l'outil de recherche que nous connaissons aujourd'hui. Du coup avec ses quelques millions et malgré une équipe d'ingénieurs motivés ne pouvait évidemment pas rattraper son retard  ! Du coup Qwant mise rapidement sa stratégie sur le fait que contrairement aux autres le moteur de recherche ne collecterait pas vos données personnelles.

Bon positionnement, on est d'accord. Mais le produit, le search et l'index, impossible d’avancer sans faire alliance avec Bing et de récupérer sa data pour nourrir les bases de données.

Laissons Qwant s'exprimer

C'est extrêmement important pour assurer une véritable souveraineté technologique européenne. Il était en effet inhabituel que notre connaissance du Web dépende d'un ou deux acteurs américains, qui décident pour la plupart des Européens de ce qui est pertinent pour leurs recherches, en imposant leur perception et leur intérêt.

Nous avons beaucoup investi dans la création de notre index et nous investissons chaque jour davantage. Au moment où nous publions ces pages, Qwant a 20 milliards de pages web indexées sur ses serveurs, et chaque jour nos crawlers parcourent plus d'un milliard de pages web pour ajouter, supprimer celles qui n'existent plus, ou mettre à jour toutes les informations les concernant. À notre connaissance, Qwant a la plus grande capacité d'indexation en Europe.

Cependant, on lit encore trop souvent que Qwant utilise Bing, comme si Qwant n'était qu'un simple métamoteur de recherche qui ne dispose pas de ses propres technologies. Cette erreur, par exemple, a été rapportée par le blog juridique Precisement.org, qui fait une simple comparaison entre les résultats de Bing et de Qwant, sans savoir comment les choses fonctionnent réellement dans la réalité. Il note que 51 % des résultats sont identiques (ce qui montre que 49 % sont différents). "L'index de Qwant et ses technologies de recherche, selon toute apparence (...) sont fournis par Bing de Microsoft", écrit-il.

Et le concours Qwanturank donc ?

Oui parce que c'est là que nous voulons en venir car en soit pas grand chose à dire sur Qwant, si ce n'est l'initiative et le concept. Le concours Qwanturank lui arrive à sa fin mais on tente le tout pour le tout avec cet algo qui ne réagit à rien. 6 mois à essayer de ranker et à n'y rien comprendre. Au départ je disais qu'il était comparable au Google des débuts mais il n'en est rien. Qwant n'arrive pas à nous fournir une SERP sur plus de 50 sites quant Google renvoie 178.000 résultats pour le keyword Qwanturank !

Le classement des 50 sites est somme toute assez pertinent si on compare avec les autres moteur. Mais 50 résultats, c'est sérieux ? Même Google, en 2002 proposait une serp de plusieurs centaines de sites !

Au final j'ai le sentiment que la technologie réelle de Qwant est très limitée, que ce soit pour l'indexation, l'analyse sémantique, le comptage de backlinks je n'en parle même pas. On voit bien qu'il leur est en réalité très difficile de collecter suffisamment de données, de les comparer, afin de fournir un index. Et e comble c'est qu'au final Qwant ne semble en mesure de faire travailler son algorithme que sur des recherches de 1 mot clé (exemple : "voiture"). Parfois une combinaison quand elle est entendue (exemple "voiture électrique"). Mais en dehors de ce  sont quasiment tout le temps les résultats de Bing qui ressortent. Dès que la recherche devient complexe l'algo de Qwant ne fait pas le job. Alors il est peut être capable, il y a certainement dedans des choses intéressante ... mais on a rien vu. Surtout les défauts et au final non effectivement ce n'est pas un meta-moteur, mais pas vraiment un moteur non plus. Contrairement à d'autres petits moteurs de recherche, Qwant n'assume pas sa défaillance et ne fait pas de choix précis. Certains petits moteurs bossent avec Google ou avec Bing, l'assument super bien, ne récoltent pas non plus de cookies et ne coute pas des millions d'argent public. Des meta-moteurs c'est cool aussi et on peut respecter la vie privée ! Mais Qwant veut quoiqu'il en sit qu'on le reconnaisse pour sa capacité d'indexation ... non ce n'est plus sérieux. D'ailleurs sa position face à l'index est politique et économique, vous imaginez bien qu'on ne vend pas la boite sur sa capacité à restituer les datas de microsoft, à faire un meta-moteur.

Classé dans : Internet - Mots clés : aucun