L’activité physique, remboursée comme un médicament ?

Rédigé par Erudist - -
sport

Diabète, Ostéoporose, Insuffisances respiratoires (BPCO), Cancers (sein, côlon), Obésité et surpoids, maladie d'Alzheimer, états dépressifs : l'activité physique et sportive (APS) fait dorénavant l'unanimité chez les professionnels de santé et l'ensemble du corps médical pour la prévention et le maintien de la santé.

Des économies pour l'assurance-maladie

Son remboursement fait l'objet d'une demande particulière actuellement auprès de l'assurance-maladie car des économies substantielles pourraient être réalisées en matière de Santé Publique. La promotion de l'APS au service de la santé permettrait en effet un gain de 56,2 millions d'euros par an rien que pour la prise en charge des cancers, diabète du type II et insuffisances respiratoires.

La ville de Strasbourg devient ainsi une ville-pionnière avec le remboursement des abonnements aux vélos municipaux sur prescription médicale de l'activité physique !

De nombreux bénéfices Santé

La pratique d'une activité physique régulière et modérée est associée à de nombreux effets bénéfiques sur la santé. Et contrairement à une idée reçue, pratiquer une Activité Physique Adaptée (APA) à l'âge et à la santé de la personne est le meilleur des remèdes contre la fatigue induite par les traitements.

D'une manière générale, l'APS permet d'améliorer sensiblement le système sanguin, d'augmenter le tonus vagal, diminuer la sensibilité aux catécholamines (hormones du stress) tout en induisant un effet béta-bloquant (amélioration de la variabilité du rythme cardiaque), améliorer également le profil lipidique de tout individu, accroître l'autonomie chez les personnes âgées…

Les bénéfices se retrouvent même pour ce qui est de la vie sexuelle.

Une amélioration de l'espérance de vie

Le consensus est unanime en ce qui concerne le rallongement de l'espérance de vie. Les méta-analyse font état d'un gain de 14 années avec une amélioration de la santé, quelque soit le poids de la personne.

Ce qui signifie qu'une activité physique régulière en venant rompre la sédentarité quotidienne - la sédentarité étant le 4ème facteur de risque dans les maladies cardiovasculaires - permet de vivre plus longtemps, mieux, c'est-à-dire sans développer pour autant une affection particulière (maladies cardiovasculaires par exemple) en dépit de la présence de facteurs de risque.

APS : pour Qui ? Combien et Quoi ?

Pour tous : enfants, adolescents, adultes, seniors et au-delà… Quelque soit l'âge et le poids de la personne, l'activité physique s'adresse à tout le monde dans un objectif de renforcement de la condition physique pour le maintien de la santé.

Les recommandations Programme National nutrition Santé (PNNS) vont dans le sens d'une pratique hebdomadaire à raison de :

  • Enfants et Adolescents (5-17 ans) : 60 minutes soit 1 heure par jour associant endurance et intensité modérée à élevée (3 fois par semaine) et renforcement musculaire et osseux (3 fois par semaine)
  • Adultes : au moins 150 minutes d'activité modérée (endurance) soit 2,5 heures par semaine ou 75 minutes d'activités à intense élevée ou une combinaison des deux
  • Pour des bénéfices supplémentaires, et tel que le recommande l'Organisme Mondial de la Santé, aller jusqu'à 300 minutes (5 heures) par semaine d'activités en endurance ou 150 minutes (2,5 heures) d'activités à intensité élevée ou une combinaison des deux à raison de 150 minutes par semaine

L'APS pour le maintien de la santé

L'exercice physique régulier permet de vivre en bonne santé et améliore l'espérance de vie, en sport de loisir ou avec de la marche active (d'un bon pas) au quotidien, même avec des séquences de 10 à 15 minutes répétées dans la journée.

Le conseil de la nutritionniste Corinne Peirano : Pour votre santé, bougez au quotidien dès maintenant : il n'est jamais trop tard pour s'y mettre !

Sources

Quotidien du médecin datés du 28 juin et 8 novembre 2012

JAMA daté du 5 novembre 2012

Classé dans : Santé - Mots clés : aucun

Les commentaires sont fermés.